Mes prises de position / Mon actualité

Votre priorité : l’emploi ! Comment nous y répondons ?

https://cdn.pixabay.com/photo/2017/09/21/19/06/woman-2773007_960_720.jpg

Dans le sondage réalisé avec la précédente lettre d’information, vous avez considéré que l’emploi devait être la priorité du Gouvernement. Je suis parfaitement d’accord avec votre analyse. La mère de toutes les batailles pour notre pays, c’est l’emploi ! C’est d’ailleurs la position du Gouvernement et de la majorité. Toutes les mesures que nous prenons vont dans cette direction pour remettre toute la France au travail.

L’emploi: première de vos préoccupations

Vous êtes 140 à avoir répondu au précédent sondage que je vous avais transmis dans ma dernière lettre d’information.A la question « Selon vous, quelle doit être la priorité nationale en France? », vous avez majoritairement répondu « l’emploi ».
 
 
Le chômage de masse est effectivement une menace pour notre pays, et cela depuis plusieurs décennies déjà. Certains d’entre-vous sont même partis vivre à l’étranger par manque d’opportunités professionnelles en France mais il n’y a pas d’emploi sans activité économique. C’est pour cela que la France doit redevenir attractive pour les entrepreneurs du monde entier, des startups les plus innovantes en passant par les secteurs plus traditionnels. Nous avons trop longtemps souffert de notre manque d’attractivité, qu’il soit lié à notre fiscalité, à la complexité de notre administration ou encore à la lourdeur de notre code du travail. C’est dans ce sens que l’Assemblée nationale a voté cette année deux textes majeurs dits « Loi Travail » et « Loi PACTE ». L’objectif de ces textes est toujours le même: l’emploi, l’emploi, l’emploi. A cette lutte contre le chômage de masse sont conditionnées toutes les autres luttes: celle contre les inégalités, celle contre la précarité, celle contre l’insécurité, celle pour la préservation de notre système de retraite et de sécurité sociale, mais aussi celle pour une baisse de la fiscalité. Plus nous serons nombreux à travailler, plus nous serons nombreux à partager la charge fiscale de notre pays.

Créer une société du travail

Nous voulons créer une société du travail : chaque Français doit pouvoir trouver un emploi, bien en vivre et s’émanciper à travers lui. Pour cela, la première des priorités est de construire une économie solide qui crée davantage d’emplois. Et c’est bien ce que nous en sommes en train de faire : améliorer les conditions économiques de notre pays, récompenser l’investissement et la prise de risque et faciliter le quotidien de nos petites et moyennes entreprises. Nous renforçons l’accompagnement des travailleurs dans leurs transitions professionnelles afin que les évolutions  du marché du travail ne soient pas synonymes de chômage ou de précarité. Nous faisons en sorte que le travail paie mieux, en particulier pour les plus modestes, car c’est le travail qui est le meilleur moteur de leur pouvoir d’achat. Mais plus que des mots, notre budget 2019 en est la parfaite illustration.

Emploi : où en sommes-nous aujourd’hui ?

Il faut regarder la réalité en face, il reste encore beaucoup de chemin à parcourir pour retrouver une situation de plein emploi puisque le chômage demeurait au niveau inacceptable de 9.2 % au premier trimestre 2018. Néanmoins, la tendance à l’œuvre depuis un an est à la baisse! Le repli enregistré au 4e trimestre 2017 a été d’une ampleur inégalée. Entre le 1er trimestre 2017 et le 1er trimestre 2018, le taux de chômage a ainsi reculé de 0,4 point. Sur cette période, c’est pour les jeunes de 15 à 24 ans (-1,0 point) que la baisse est la plus prononcée. Par ailleurs, le taux de chômage de longue durée, qui concerne les personnes au chômage depuis plus d’un an, poursuit sa décrue progressive au 1er trimestre 2018, avec un léger recul de 0,1 point par rapport au 4e trimestre 2017 pour atteindre 3,6 % en France métropolitaine. Sur un an, le taux de chômage de longue durée aura baissé de 0,5 point. Sur un an, l’emploi salarié a crû de 288 200 postes, soit +1,2 %, il y a eu +10% d’embauches en CDI et le nombre de demandeurs d’emploi entre aout 2017 et août 2018 a baissé de 105 000. Cela veut donc dire que les mesures que nous prenons vont dans le bon sens.

Référence : tous les chiffres mentionnés dans ce paragraphe proviennent de la DARES (Etudes et statistiques du Ministère du Travail) 

Flexibiliser le marché du travail

Comme vous le savez, l’une des premières décisions que nous avons prise à l’automne 2017, a été de mettre en place au plus vite une flexibilité responsable du marché du travail fondée sur le dialogue social. Celle-ci s’imposait parce que par ses rigidités, le marché du travail français fragilisait les plus vulnérables: les jeunes, les moins qualifiés et les femmes. C’est la formule qui fonctionne chez plusieurs de nos voisins européens et qui leurs permet d’avoir un chômage qui se situe autour de 7 % des actifs. J’avais eu l’occasion de m’exprimer sur ce sujet dans le Huffington Post.

Muscler et faciliter la formation professionnelle

Déjà, l’Assemblée nationale a adopté définitivement et à une large majorité la loi pour la Liberté de choisir son avenir professionnel, le 1er août 2018. La loi a été promulguée par le Président de la République, le 5 septembre. Celle-ci réforme l’apprentissage et la formation professionnelle. Elle comprend de nombreuses mesures pour l’élargissement de l’assurance chômage, l’égalité femmes-hommes, l’emploi des personnes handicapées, la lutte contre les fraudes au travail détaché.

De plus, en lien avec la loi, plus d’investissement pour la formation professionnelle ont été mobilisés. C’était un engagement, c’est désormais une promesse tenue. Nous investissons 15 milliards d’euros dans la formation professionnelle parce qu’elle est la première des sécurités pour l’emploi des Français. Afin de faciliter l’accès à la formation qui peut s’avérer parfois complexe, une application en ligne sera créée pour connaître ses droits et s’inscrire directement à une formation.

Accompagner par l’insertion 

Pour remettre notre société au travail, nous voulons que tous les Français puissent retrouver une activité professionnelle car c’est la clef pour se faire une place dans la société et pour sortir de la pauvreté. Ainsi, le plan pauvreté comporte tout un volet relatif à l’accompagnement vers le retour à l’emploi.  Pour y parvenir, nous allons créer un  véritable service public de l’insertion, que nous construirons avec tous les acteurs – des associations aux collectivités locales en passant par les partenaires sociaux – et dont l’État sera le garant.

Le dispositif des « Emplois francs » 

Engagement fort du Président de la République, les « emplois francs » ont pour objectif de lutter contre le chômage dans les quartiers prioritaires de la politique de la ville et les phénomènes de discriminations à l’embauche. Concrètement, ce dispositif fonctionne comme une prime versée à l’employeur pour toute embauche, d’une durée au moins égale à six mois, d’un demandeur d’emplois résidant en quartier prioritaire. Les montants de l’aide sont de 2500 € par an pendant 2 ans pour les CDD de 6 mois et plus et de 5000 € par an pendant 3 ans pour les CDI. A ce jour, ce dispositif est testé dans 200 quartiers partout en France. L’objectif du gouvernement : signer entre 30 000 et 50 000 contrats d’ici la fin 2019, avant d’élargir les emplois francs à l’ensemble du territoire.

L’emploi, la priorité n°1 pour la France

C’est bien en libérant les forces vives de l’économie française, en flexibilisant le marché du travail, en améliorant la formation professionnelle, en baissant la pression fiscale sur les particuliers comme sur les entreprises que nous rendons notre pays plus compétitif, plus attractif et donc plus favorable à la création d’emplois. Il nous faut aussi sortir de trop nombreux Français de la spirale infernale du chômage de longue durée. Vous le voyez, nous mettons tout en œuvre pour l’emploi. L’emploi, c’est votre priorité, c’est la mienne et vous pouvez être sûrs que c’est celle du Président de la République, du Premier ministre, du Gouvernement et de toute la majorité.  

Partager cette publication :

Commentaire