AGIR AVEC ANNE !

Mais comment ?

Cliquez ici
Actualité / Notre circonscription

Instantané du Japon – janvier 2022

19 janvier, 2022

Depuis le début de l’épidémie de Covid, me déplacer dans ma circonscription est très difficile, voire impossible pour de nombreux pays. Et cela risque encore de durer. Et je reçois de nombreux messages de Français qui expriment lassitude avant tout, résilience très souvent mais aussi exaspération, impatience, inquiétude, doutes, colère, tristesse. Partout, l’incertitude règne quant à l’évolution de l’épidémie et son corollaire : les décisions sanitaires locales vont-elles changer ? Dans quel sens ? Mon emploi, mon entreprise, mon niveau de vie seront-ils touchés ? Vais-je pouvoir rester dans le pays ?  Certains sont déjà rentrés en France, d’autres en font le projet, quelques-uns s’y préparent. Depuis le début de la crise, je fais régulièrement le point pays par pays : quelle est la situation localement ? Comment est-elle vécue par notre communauté ? A quoi s’attendre dans les mois à venir ? Chaque compte-rendu a une validité éphémère et pourrait être balayé par un prochain soubresaut de la crise sanitaire. C’est pourquoi j’ai choisi de les intituler « Instantanés ». Bonne lecture !

 

La communauté française au Japon avait retrouvé une dynamique de nette progression depuis 2016 après la forte baisse qui a suivi la catastrophe de Fukushima : 9700 inscrits au registre en 2016, 10400 inscrits en 2019 mais…9950 inscrits au 31 décembre 2021. Si quelques départs témoignent de difficultés économiques liées à la crise sanitaire, la réalité est autre : les départs observés étaient prévus, sans aucun lien avec la crise sanitaire et s’inscrivaient dans un cycle très classique d’expatriation pour une durée déterminée, souvent 3 à 5 ans. En temps normal (hors Covid), ces départs sont naturellement remplacés par de nouveaux arrivants, qui viennent à leur tour pour une durée fixe de 3 à 5 ans. La fermeture des frontières par les autorités japonaises a totalement interrompu ce flux entrant à de très rares exceptions près. Résultat : des départs, pas d’arrivée et la démographie baisse. Espérons qu’elle reprendra des couleurs dès que les Japonais auront décidé de rouvrir leurs frontières.

Les conséquences justement de cette crise sanitaire se voient dans la mise en œuvre de l’aide exceptionnelle « SOS Covid ». En 2020, 54 familles avaient été aidées, elles étaient 78 en 2021, une hausse de plus de 40% qui témoigne de difficultés économiques de plus en plus grandes ; le secteur du tourisme est particulièrement touché. D’autres secteurs en revanche ont bénéficié d’aides de l’Etat japonais ce qui explique aussi le relativement faible nombre de départs définitifs du Japon comparé à d’autres pays de la circonscription. A signaler, la formidable initiative Emploi-Japon.org qui aide les jeunes français du Japon à trouver ou retrouver un emploi, à réorienter leur carrière ou à développer leur entreprise (1).

En ce mois de janvier 2022, l’épidémie progresse à nouveau mais faiblement avec 3000 nouveaux cas par jour probablement liés au variant Omicron. Le pays avait été peu touché par l’épidémie sauf à l’été 2021 auquel avait succédé une très forte baisse jusqu’à une absence quasiment totale des cas en fin d’année. Malgré ce contrôle efficace, les mesures de contrôles aux frontières ont été lourdes et restent strictes. En dépit d’un accord entre l’Union Européenne et le Japon pour dispenser de visa court séjour, le Japon les a introduits pour les ressortissants européens à l’automne 2020, tandis que les visas étudiants et de travail devenaient très restrictifs. Des allègements avaient été annoncés pour l’automne 2021 mais l’apparition du variant Omicron a stoppé net cette décision tandis que l’isolement à l’arrivée sur le territoire en hôtel dédié, financé par l’Etat japonais, passait de 3 à 6 jours, pour tous les voyageurs, japonais compris.

Côté vie quotidienne, les contraintes sont mineures : l’état d’urgence est levé depuis novembre dernier, les écoles sont ouvertes, les restaurants aussi, il n’y a pas d’outil de contrôle sanitaire à l’entrée des établissements recevant du public, le port du masque n’est obligatoire que dans les lieux fermés, 80% de la population est vaccinée 2 doses ou équivalent, la 3ème dose ne pouvant se faire que 8 mois après la dernière injection (sauf personnel soignant, personnes âgées et résidents en Ehpad). Ce protocole vaccinal était tout à fait compatible avec les Passes sanitaires français et européen. En revanche, la prochaine mise en place du passe vaccinal en France (2) soulève la légitime question de son obtention lorsqu’on arrive de l’étranger, ici du Japon. J’ai alerté les cabinets ministériels concernés. J’ai proposé une solution et j’attends leur retour.

Ces règles auxquelles il faut ajouter le prix élevé des billets d’avion, ont pesé lourd dans les choix des Français du Japon de venir passer les fêtes de fin d’année en France ou de recevoir leurs familles. Elles entretiennent un sentiment d’enfermement dans un pays que le mode de vie au demeurant très agréable, ne saurait suffire à dissiper.

Au terme de ce voyage virtuel, les mots qui me semblent le mieux résumer cet « instantané du Japon » sont lassitude, résilience et impatience, celle de pouvoir à nouveau se déplacer sans contrainte.

Mes pensées les plus chaleureuses à toutes les Françaises et tous les Français du Japon !

Et à votre disposition pour répondre à vos préoccupations !

Merci à Marc-Antoine Hureau, Consul général à Tokyo, Jean-Marc Lisner, conseiller des Français de l’étranger et Mathieu Seguela, enseignant au lycée français international de Tokyo pour le temps qu’ils m’ont consacré.

  • Jean-Marc Lisner, conseiller des Français du Japon est à l’origine de cette association d’entraide qui rencontre un franc succès.
  • Le Passe vaccinal comportera uniquement une preuve de vaccination avec rappel réalisé le 4ème mois après la dernière injection d’un vaccin à ARN. Les tests négatifs ne seront plus pris en compte. Il se substituera au Passe sanitaire pour les activités : il sera exigé dans les transports en commun, TGV, avions, restaurants, bars, salons, foires, etc. En revanche, pour franchir la frontière, le Passe sanitaire actuel dans sa version « Passe Frontière » reste valable : vaccination à 2 doses ou preuve de guérison ou test PCR ou antigénique négatif de moins de 24 heures.

Post-scriptum :

Au sujet des mesures prises par les différents pays (contrôle ou fermeture des frontières, outil de contrôle de type Passe sanitaire, mesures de quarantaine, protocoles de tests, schéma vaccinal, type de vaccin, etc.), partout dans le monde nos postes diplomatiques sont mobilisés et s’entretiennent régulièrement avec les autorités locales pour leur faire part des conséquences sur nos communautés des conditions et décisions sanitaires prises localement. Mais chaque état est souverain dans ses décisions. Il est vrai qu’un dialogue peut sensibiliser à des situations particulières et je veux saluer un travail aussi discret qu’acharné de nos agents diplomatiques et consulaires qui a permis dans quelques cas la « sortie de » ou le « retour vers » leur territoire de résidence de citoyens français qui avaient une urgence absolue, souvent familiale ou médicale. Mais de même que les autorités françaises tout comme l’opinion publique française n’accepteraient pas qu’un pays tiers tente de nous tordre le bras pour obtenir une dérogation à nos règles sur notre territoire national pour leurs seuls ressortissants (imaginez si chaque pays qui a une ambassade à Paris demandait cela pour les siens !), les autorités d’un pays tiers défendent leurs règles et veillent à ce qu’elles soient uniformément appliquées, rien ne doit ici nous choquer. Après tout, sortir de France pour aller vivre dans un pays tiers comporte son lot de risques que nous prenons et de contraintes que nous acceptons de subir ; ce risque sanitaire, inimaginable il y a 2 ans, en est tout simplement un de plus. Alors, lorsque je reçois des messages « le consulat ne fait rien », « mon ambassade m’abandonne », je trouve ces critiques profondément injustes quand on sait les efforts déployés par nos postes. Je pense aussi aux citoyens de tous les pays dont les consulats, par doctrine, ne font rien pour eux (et qui parfois demandent de l’aide à la France…). Et je me dis que nous avons une chance inouïe d’être citoyens français !

3.7 3 votes
Évaluation de l'article

Partager cette publication :

Commentaire

S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Vous avez une minute ? Aidez-moi à vous aider !

Mobilisez-vous à mes côtés pour faire avancer à l’Assemblée nationale les sujets, les propositions qui vous tiennent à cœur. Peu importe votre disponibilité ou votre degré de motivation, vous trouverez une action pour m’aider.

1 minute

S'inscrire à ma newsletter

S’inscrire à ma
newsletter

2 minutes

Partager mon actualité sur les réseaux sociaux

Partager mon
actualité sur les
réseaux sociaux

10 minutes

Me faire part de votre idée ou de votre proposition pour les Français à l’étranger

Me faire part de votre idée ou
de votre proposition pour les
Français à l’étranger

Selon vos disponibilités ou vos envies

Me rejoindre comme volontaire

Me rejoindre comme
volontaire

0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x
fr_FRFrench