France – Australie : un partenariat stratégique

Du 1er au 3 mai, le Président de la République Emmanuel Macron s’est rendu en Australie afin : « d’ancrer la relation stratégique et économique » entre nos deux nations. J’ai été particulièrement attentive aux résultats de ce déplacement qui aura des répercussions très positives pour notre communauté sur place.

Des valeurs communes en partage

S’il y a bien un lien qui unit nos deux pays, c’est celui de la défense de la liberté et de la démocratie. Lors de cette  première visite bilatérale pour un Président de la République français en Australie, après le déplacement de François Hollande dans le cadre d’un G20 en 2014, les deux dirigeants Emmanuel Macron et Malcom Turnbull ont tenu à rendre hommage à notre Histoire commune. À cet égard, le Premier ministre australien venait de se rendre en France pour la célébration du centenaire d’Anzac Day le 23 avril dernier. Il s’agit du jour où l’on commémore deux évènements quasi simultanés en 1915 : une lourde défaire en Turquie qui vit périr plus de 8000 soldats australiens et une victoire près d’Amiens, à Villers-Cotterêts où les Australiens repoussèrent les Allemands. Messieurs Macron et Turnbull ont ainsi pu saluer la bravoure et le sacrifice de ses soldats au nom de nos valeurs communes.

La France, un acteur stratégique dans la région Indo-Pacifique

Comme l’a rappelé le Premier ministre Turnbull « France is a Pacific power ». En effet, avec 1 600 000 Français qui vivent dans la Région dont plus de 25 500 qui composent la communauté en Australie, celle de Nouvelle Zélande, sans oublier bien sûr la Nouvelle-Calédonie, Polynésie, Wallis et Futuna dans le Pacifique et La Réunion et Mayotte dans l’Océan Indien, et la présence de 8000 militaires, incontestablement la France est un acteur régional. D’autant plus incontournable que notre pays possède une partie non-négligeable du territoire maritime de la Région Indo-Pacifique ce qui fait de nous : la deuxième puissance maritime mondiale. Or c’est dans cette région que va se jouer dans les années à venir une partie des équilibres du monde. À ce titre, la France et l’Australie ont un rôle majeur à jouer et veulent aller plus loin dans le développement de notre partenariat stratégique. « Notre priorité partagée c’est de construire cet axe Indo-Pacifique fort pour garantir à la fois nos intérêts économiques et de sécurité » a expliqué Emmanuel Macron. Cette nouvelle option stratégique s’inscrit dans le cadre d’un dialogue trilatéral entre l’Australie, l’Inde et la France. Les deux dirigeants ont affirmé qu’il ne s’agissait pas d’agir contre la Chine, indéniablement le leader économique de la Région mais qu’il s’agissait d’éviter toute forme d’hégémonie en préservant les équilibres régionaux et en soutenant une forme de développement qui repose sur des règles. 

La défense au cœur de la relation bilatérale

Déjà côte à côté dans la lutte contre le terrorisme, particulièrement en Afghanistan, la France et l’Australie ont signé un accord bilatéral relatif à la fourniture de soutien logistique mutuel entre les forces armées françaises et les forces de défense australiennes. Un autre accord concernant la cybersécurité a aussi été acté. Il vise à renforcer la coopération entre l’Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information (ANSSI) et l’Australian Cyber Security Centre (ACSC). Ces accords viennent deux après la signature du « contrat du siècle » qui prévoit la fabrication de 12 sous-marins par Naval Group. En effet, ce groupe français  va concevoir à Cherbourg et fabriquer en Australie ces sous-marins entre 2026 et 2040, pour un contrat estimé à 35 milliards d’euros. C’est ce contrat qui a marqué l’ouverture d’une nouvelle ère dans les relations entre les deux pays puisqu’ils seront liés pour plusieurs décennies.

Le dérèglement climatique : un combat commun

Autre grande thématique du voyage, la protection de l’environnement et le dérèglement climatique ont été parmi les principales préoccupations. Dans une région où les conséquences des désordres environnementaux sont particulièrement visibles : sous-développement et menaces de disparation de plusieurs îles, dégradation de la grande barrière de corail, migrations climatiques… La France et l’Australie ont souhaité renforcer leur coopération dans ce domaine et lanceront très prochainement toute une série d’initiatives conjointes. Par exemple, des actions seront lancées en matière de préservation de la biodiversité dans le pacifique avec la mise en place d’un fonds multi-bailleurs pour mutualiser les ressources. À cela, il faut ajouter la mise en œuvre d’un programme de soutien à l’énergie solaire

Pour conclure, cette visite d’État a permis la signature d’une quinzaine d’accords dans de nombreux domaines, ceux cités précédemment mais également dans des secteurs allant de l’éducation à la santé, en passant par la culture. Devant la communauté française de Sydney, le Président de la République a achevé ce déplacement en affirmant sa « volonté d’inscrire la France pleinement dans une région qui est la sienne » et que la France soit un « trait d’union entre l’Australie et l’Europe ». Clairement, dans la Région Indo-Pacifique, la France est de retour !

 

Articles marqués

One Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *