Mes déplacements

A votre rencontre (virtuellement) à Wuhan

Il y a deux semaines, je me suis rendue « virtuellement » à Wuhan. Ce déplacement était vraiment important pour moi, me permettant de mieux comprendre la situation de notre communauté sur place, qui a souffert la première de cette crise sanitaire et économique internationale. Où en sont-il ? Par quelles épreuves sont-il passés ? Quelles sont leurs recommandations ? Quels sont leurs problèmes actuels et à venir ?

Wuhan est la capitale de la province du Hubei, en Chine. Elle se classe au 9e rang des villes chinoises en termes de PIB et au 8e rang par la taille de sa population. Il existe une centaine d’entreprises françaises ou participant au rayonnement de la France sur Wuhan, dont une quarantaine dans le domaine de l’automobile. La présence historique de la France dans le secteur automobile tend à se diversifier depuis quelques années. 

Une reprise timide de l’activité et des craintes de nos concitoyens

Ces derniers mois ont été durs, très durs. Mais la vie de Wuhan a repris son cours. L’activité professionnelle y est estimée à 90% de ce qu’elle était juste avant le confinement, et peu à peu on voit un retour « prudent » à la normale. Néanmoins la vie de nos concitoyens sur place s’est vue très affectée, par des mesures sanitaires strictes et une instabilité économique et sanitaire pesante. 

L’EFIW (Ecole Française Internationale de Wuhan) accueillait jusqu’à récemment près de 90 enfants francophones ; elle a fermé le 21 février à la suite de la crise sanitaire et ne réouvrira qu’à la rentrée scolaire. Les cours sont passés en ligne depuis lors.  Comme c’est le cas partout, l’école souffre particulièrement de la crise économique ; le retour en France de nombreuses familles, les doutes sur la situation sanitaire et économique, affectent la stabilité financière et logistique de nos écoles à l’international. Aider nos entrepreneurs et nos entreprises localement, est un soutien indirect et nécessaire aux écoles en ces moments d’incertitudes.

Quelles leçons tirer de ce déplacement?

Je tiens à saluer le consulat général, et en particulier Monsieur Olivier Guyonvarch notre Consul général, qui a réalisé un travail d’une ampleur remarquable durant ces mois de crise, choisissant de rester sur place et de soutenir nos compatriotes directement en personne en plein milieu du chaos sanitaire. Ils ont apporté soutien, recommandations, organisation des retours en France, et désormais aide au retour sur Wuhan pour nos compatriotes qui le souhaitent. 

Maintenant c’est à notre tour, en France de savoir comment réagir. Appuyons-nous sur l’expérience de Wuhan, qui est passé 2 mois avant nous par la même situation, afin d’essayer d’anticiper les problématiques et solutions à venir. Au lieu de nous fermer sur nous-même, bien qu’en maintenant toute précaution sanitaire nécessaire, ouvrons-nous aux possibilités et opportunités qui se créaient.

Par exemple, les étudiants chinois ont besoin d’alternative aux universités américaines (ou d’autres pays) qui n’accueilleront pas de nouveaux étudiants étrangers dans les prochains mois. Prenons les devant, et permettons a ces élèves brillants de venir s’installer en France, étudier dans nos universités, et participer à l’influence de la France dans le monde sur le long terme !

0 0 vote
Article Rating

Partager cette publication :

Commentaire

S’abonner
Notifier de
guest
1 Commentaire
Oldest
Newest Most Voted
Inline Feedbacks
View all comments
FAURE GC
25 jours il y a
1
0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x
fr_FRFrench
en_USEnglish fr_FRFrench
Aller à la barre d’outils