SOCIAL

A Biarritz, un G7 réussi

Comme vous le savez, le dernier sommet du G7 s’est déroulé du 24 au 26 août 2019 en France, à Biarritz. Etaient présents les chefs d’Etat et de Gouvernement d’Allemagne, du Canada, du Royaume-Uni, d’Italie, des Etats-Unis. L’Union européenne était également représentée par Donald Tusk, ainsi que les principales organisations internationales et certains pays non-membres du G7 : l’Australie, l’Espagne, le Chili, l’Inde, l’Afrique du Sud, l’Egypte, le Rwanda, le Burkina Faso et le Sénégal.

Les thématiques initiales telles que le Sahel et la lutte contre les inégalités, ont été complétées par d’autres dossiers que l’actualité a remis sur le devant des priorités, notamment l’Iran et la protection de la forêt amazonienne.

Sur le fond comme sur la forme, ce G7 a été particulièrement innovant. Il était une vitrine de l’ouverture de la France sur la scène internationale, de son attachement au multilatéralisme, de sa capacité à parler à tous et de tous les sujets, sans tabou.

L’Iran: invité surprise du G7

Sur le dossier iranien, Emmanuel Macron a créé la surprise en invitant en marge du sommet le ministre des Affaires étrangères iranien Mohammad Javad Zarif. Pas de participation directe du ministre aux réunions du G7 mais un signal fort envoyé au monde : nous devons maintenir le dialogue avec l’Iran. Si cette irruption n’a pas donné lieu à un entretien avec Donald Trump, elle a sans doute permis de décrisper les relations entre les deux pays. A l’issue du G7, le président iranien Hassan Rohani a appelé le président américain à « faire le premier pas » en levant les sanctions qui pèsent sur l’Iran.

Autre « petit pas » sur le dossier iranien, les chefs d’Etats et de gouvernements du G7 ont inscrit dans la déclaration commune finalisant le sommet qu’ils partagent « pleinement deux objectifs : faire en sorte que l’Iran ne puisse jamais se doter de l’arme nucléaire ; et favoriser la paix et la stabilité dans la région ».

Une aide pour la forêt amazonienne

Autre sujet qui s’est invité au G7, la question de la protection de la forêt amazonienne. Suite aux nombreux départs de feu qui ont eu lieu dans ce sanctuaire écologique, notamment au Brésil où la déforestation s’est accélérée ces derniers mois, les membres du G7 ont décidé de proposer de débloquer en urgence une aide de 20 millions de dollars, refusée puis finalement acceptée sous condition par le Président Bolsonaro.

Cet accroc diplomatique est symptomatique de l’opposition dangereuse qui se développe dans le monde entre les adeptes du multilatéralisme et des gouvernements populistes souhaitant sous couvert de marquer leur indépendance, ne plus rendre de comptes à personnes. Dans un monde globalisé comme le nôtre, de nombreuses questions, comme celle de la préservation de notre environnement et la lutte contre le réchauffement climatique, nécessitent un dialogue accru et des prises de décisions concertés.

Le retour d’un G8 intégrant la Russie?

Si la Russie a été écartée du G7 (bien qu’elle pourrait être invitée l’an prochain par le Président Trump), l’ombre de Vladimir Poutine n’était pas loin de la réunion de Biarritz. La question de la Crimée, qui fut à l’origine de l’exclusion de la Russie du G8 en 2014, était d’ailleurs au programme des discussions à Biarritz.

Le Président russe s’était entretenu quelques jours auparavant avec Emmanuel Macron au Fort de Bregançon. L’Ukraine était bien entendu à l’agenda des discussions, Emmanuel Macron étant prêt à organiser une nouvelle réunion de travail sur le sujet en conviant l’Ukraine, la Russie et l’Allemagne. La question ukrainienne continue à diviser, et la France fait de sa résolution une condition nécessaire à la réintégration de la Russie dans le G8.

A la suite du G7, dans son allocution aux ambassadeurs français, Emmanuel Macron a rappelé sa volonté de reconstruire les relations diplomatiques franco-russes en repartant sur de nouvelles bases.

Se parler: un prérequis essentiel d’une diplomatie efficace

On a parfois pu entendre que le G7 était une réunion inutile, qu’aucune décision importante n’y était prise. Je suis en désaccord avec cette vision.
La diplomatie ne se résume pas au droit international et à la signature de traités.
Avec l’Iran, les Etats-Unis, la Russie, le Brésil, le Royaume-Uni, nombreux sont les sujets de divisions, parfois de tensions. Il est pourtant essentiel pour la stabilité mondiale et afin de défendre nos intérêts et ceux de nos concitoyens que notre diplomatie soit dans un dialogue constant avec le reste du monde. Des rendez-vous comme celui du G7 ont pour vocation de maintenir ce dialogue, quelque soit le contexte économique ou géopolitique au moment de la réunion. Il s’agit d’une réunion informelle, à l’issue de laquelle aucun texte contraignant n’est signé. Même si des prises de position communes ont été actées, notamment sur Hong Kong, la Lybie, l’Ukraine ou l’Iran, l’enjeu n’est nullement d’y prendre des décisions, mais plutôt de maintenir un dialogue de qualité entre les puissances membres.

Lire la déclaration commune des chefs d’états et de gouvernements membres du G7

Partager cette publication :

Commentaire

1
Leave a Reply

avatar
1 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
1 Auteurs du commentaire
Alexandre Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Alexandre
Invité
Alexandre

Etaient présents les chefs d’Etat et de Gouvernement d’Allemagne, du Canada, du Royaume-Uni, d’Italie, des Etats-Unis. Et pas du Japon ?

fr_FRFrench
en_USEnglish fr_FRFrench
Aller à la barre d’outils