1 an pour libérer, protéger et unir

Depuis 1 an, nous nous efforçons de relever les grands défis de la France. Ils sont nombreux et ils sont complexes. Mais le Président de la République, le Gouvernement, la majorité présidentielle, chacun d’entre nous, conformément à nos responsabilités respectives, nous nous efforçons avec opiniâtreté à trouver des solutions pour redresser la France. Notre méthode est simple, c’est celle du travail ! Elle consiste à toujours privilégier le pragmatisme, parfois même le bon sens et à réunir toutes les bonnes volontés au service de l’intérêt supérieur de la Nation. Notre but, c’est de libérer, de protéger et d’unir.

Notre priorité, l’emploi !

Depuis le début de ce quinquennat, toutes les décisions que nous prenons en matière de droit du travail, de fiscalité, de formation, nous les prenons avec un seul objectif : l’emploi.  Ce combat pour la dignité par le travail, nous le menons pour tous. Le chômage de masse est le fléau de notre pays. La première des mesures à prendre était d’instaurer une flexibilité responsable fondée sur le dialogue social car c’est la formule qui fonctionne chez plusieurs de nos voisins européens. Alors que la moyenne européenne du chômage se situe à 7% environ, 10 % des actifs français sont sans emploi. Par ses rigidités, le marché du travail français fragilisait les plus vulnérables: les jeunes, les moins qualifiés et les femmes. C’est pourquoi nous avons modifié en profondeur le code du travail  dès septembre 2017. J’avais eu l’occasion de m’exprimer sur ce sujet dans le Huffington Post : https://www.huffingtonpost.fr/anne-genetet/emmanuel-macron-flexibilite-du-travail-fondee-sur-le-dialogue-social_a_23205744/

Par ailleurs, il nous faut rendre notre pays plus attractif pour les entrepreneurs, les investisseurs, les chercheurs, les étudiants. À l’étranger, nous sommes bien placés pour savoir que nous vivons dans un monde très compétitif. Si notre pays a de nombreux atouts, il a aussi ses rigidités et celles-ci nous sont très préjudiciables. Voilà pourquoi, nous nous efforçons de mettre en œuvre un environnement économique très attractif dans la droite ligne de l’objectif donné par le Premier ministre : « nous voulons faire de la France : le pays le plus attractif d’Europe ».

Corriger les inégalités à la racine

La racine des inégalités, c’est l’école parce que c’est là que se joue l’avenir de nos enfants. Nous bâtissons une école de la confiance car il s’agit du meilleur rempart pour lutter contre les inégalités sociales à la racine et pour protéger les plus fragiles. Faire en sorte de chaque élève maîtrise les savoirs fondamentaux, puisse cultiver ses talents pour construire son projet personnel et professionnel, c’est cela que nous mettons en place avec une série de mesures telles que : la scolarité obligatoire à 3 ans, la réforme du Baccalauréat, la diminution du nombre d’enfants par classe de CP dans les quartiers prioritaires. Cette dernière mesure sera ensuite étendue à toutes classes de CP et CE1 de ces zones et concernera 340 000 élèves au total. Nous améliorons l’orientation des élèves et développons l’apprentissage. Sur l’éducation, les Français de l’étranger ne seront pas en reste car nous prévoyons la réalisation d’une mission pour le gouvernement sur l’accès à l’éducation des Français à l’étranger. Celle-ci sera conduite par ma collègue, Samantha Cazebonne, dont l’expérience professionnelle comme proviseure du lycée français de Palma de Majorque en Espagne, lui permettra de présenter un projet de réforme de notre réseau éducatif en cohérence avec les annonces du Président de le République. 

Faire plus pour ceux qui ont moins

Nous souhaitons donner à tous les Français, d’où qu’ils viennent, la chance de réussir et la liberté de choisir. Pour une société juste, nous faisons plus pour ceux qui en ont le plus besoin, en particulier les habitants des territoires en difficulté et les 9 millions de Français pauvres, parmi lesquels figurent notamment les mères célibataires, nombre de personnes âgées et personnes en situation de handicap. Dans ce cadre, nous avons augmenté le minimum vieillesse et l’allocation adulte handicapé. Depuis le printemps 2018, 4 millions Français bénéficient aussi d’une augmentation du chèque énergie. Pour les mesures sociales que nous prenons, nous faisons le choix de concentrer nos efforts sur les populations et les territoires les plus fragiles. Ainsi, nous allions un souci permanent de la solidarité à celui de l’efficacité.

Préserver notre avenir

La question environnementale et celle du dérèglement climatique font parties des grands enjeux de notre siècle. Au-delà du slogan Make Our Planet Great Again, notre pays occupe une place centrale au niveau mondial dans la lutte pour la protection de notre planète que ce soit en attirant des talents au profit de la recherche dans ce secteur, en faisant la promotion de l’accord de Paris et de ses exigences ou en étant le leader de l’Alliance Solaire Internationale. En France, parmi les premières décisions que nous avons prises, nous avons interdit l’exploitation du pétrole et du charbon dans notre pays d’ici 2040. Parce que notre système de croissance doit évoluer, nous investissons pour être plus sobres en consommation d’énergie et pour rendre notre production plus verte, en particulier grâce au développement des énergies renouvelables (7 milliards d’euros d’investissement public) et de l’économie circulaire. Nous faisons également évoluer notre modèle agricole, qui a réalisé de grands progrès ces dernières années, pour utiliser moins de produits chimiques et de pesticides, au bénéfice d’un accroissement de la production biologique. Dans ce cadre, nous mobilisons 1,1 milliard d’euros d’ici 2022 (soit 60% de plus qu’avant). L’objectif est de doubler les surfaces agricoles cultivées en bio et d’avoir 20% de produits bio dans les cantines scolaires publiques. Enfin, le ministre de la Transition écologique et solidaire, Nicolas Hulot, a lancé à un grand plan en faveur de la biodiversité et sollicite vos contributions (ici).

L’Europe au cœur de notre projet

Nous, Européens, vivons un moment charnière. Si l’on peut se réjouir de l’état d’avancée de la situation en Corée du Nord, les récents développements au Moyen-Orient, dans la « guerre commerciale » lancée par Donald Trump ou dans le gouvernement populiste et pour tout dire xénophobe en Italie ne sont pas réjouissants. Tout démontre que nous n’avons jamais eu plus besoin d’une Europe unie, d’une Europe souveraine, d’une Europe forte. Nous voulons construire une nouvelle souveraineté Européenne parce que l’Europe est notre garantie la plus sûre contre les multiples menaces globales qui nous frappent. Nous voulons aussi construire une nouvelle démocratie européenne pour que l’Europe soit moins technocratique et plus proche de nos préoccupations. D’ores et déjà, nous avons obtenu des avancées concrètes sur la protection des données personnelles ou sur l’encadrement du travail détaché pour lutter contre le dumping social. Enfin depuis plusieurs semaines, nous œuvrons pour lutte contre l’évasion fiscale et pour taxer les GAFA (Google, Amazon, Facebook, Apple) au niveau européen afin qu’ils paient leurs impôts en Europe, là où ils créent de la richesse.

La France est de retour !

Parmi les changements, je pense que chacun d’entre vous a pu constater que l’image de la France a profondément changé. Partout où nous vivons et où nous nous déplaçons de Moscou à Shanghai, en passant par Bangalore et Tokyo, le regard sur la France a changé. Je crois que nous pouvons nous en réjouir. Assurément, la France est de retour !

Il y a encore beaucoup de mesures qui ont été prises, de lois qui ont été votées, d’actions qui ont été menées. Je ne pourrai pas ici être exhaustive. Juste rappeler également que cette politique s’accompagne d’une gestion rigoureuse des finances publiques et que pour la première fois depuis 2009, la France va sortir de la procédure européenne pour déficit excessif !

Avec le Président de la République, le Gouvernement et la majorité présidentielle, en 1 an déjà beaucoup de choses ont été faites. Le renoncement, l’impuissance comptaient parmi les maux de notre pays, nous avons choisi la voix de l’ambition et de l’efficacité pour redonner à la France, un nouveau souffle. Beaucoup de réformes ont été menées, beaucoup de promesses ont été tenues.

Pour les années qui viennent, nos objectifs resteront les mêmes: libérer, protéger, unir.  Et je suis pleinement consciente qu’il reste beaucoup à faire notamment pour les Français à l’international, comme nous.  J’y travaille avec acharnement! 

 

 

Articles marqués

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *