De la cohérence de l’esprit d’équipe : avec La République En Marche ! transformons le travail parlementaire

Le 24 septembre prochain, élections sénatoriales, nouvelle étape décisive du renouvellement démocratique

La victoire d’Emmanuel Macron puis des candidats de La République En Marche ! aux législatives a redonné du souffle à notre démocratie. Enfin ! Et cette transformation de nos institutions doit se poursuivre avec les élections sénatoriales le mois prochain. Pour les Français établis hors de France, fidèle à ses valeurs et à son projet, la République En Marche ! répond présente avec une liste de renouveau menée par Philippe Grangeon et Sophie Lartilleux-Suberville et à laquelle j’apporte tout mon soutien.

Une première étape a été franchie avec la création en juin dernier au Sénat du groupe La République En Marche ! Fort de vingt-neuf sénateurs audacieux et visionnaires, il doit maintenant prendre toute l’ampleur indispensable à sa réussite. Et c’est à nous qu’il appartient de lui donner la force dont il a besoin.

Car le Sénat partage le pouvoir législatif avec l’Assemblée nationale. La cohérence politique de ces deux chambres est donc essentielle ! Ses 348 sénateurs sont renouvelés par moitié tous les trois ans. Pour les Français établis hors de France, sur les 12 sièges de sénateur, six sont à renouveler cette année. Ils seront élus au suffrage indirect par un collège de 533 grands électeurs (442 conseillers consulaires, 68 délégués consulaires, 12 sénateurs et 11 députés).

Si je souhaite la réussite de cette liste La République En Marche ! c’est parce que je suis convaincue que son projet et les personnalités qui le portent sont l’essence du changement tellement attendu pour cette institution souvent incomprise alors qu’elle est un pilier de notre équilibre des pouvoirs.

En choisissant Philippe Grangeon et Sophie Lartilleux-Suberville comme têtes de liste, La République En Marche ! confirme son engagement à donner toute sa place à la société civile. C’est un choix courageux et je m’en réjouis. Ces deux personnalités aux profils complémentaires ont toutes les deux beaucoup à apporter au Sénat. Philippe Grangeon, par son expérience de collaborateur de Nicole Notat, Secrétaire générale de la CFDT puis dirigeant d’un grand groupe international français, rompu à l’expatriation qu’il a connue, allie à la fois le sens du social et l’esprit d’entreprendre. Co-fondateur avec Emmanuel Macron du mouvement En Marche !, le renouveau démocratique de notre pays lui doit beaucoup. Sophie Lartilleux-Suberville, née et élevée au Mexique, résidente aux États-Unis depuis de très nombreuses années, élue consulaire très impliquée au sein de l’Union des Français de l’Étranger (UFE), maîtrise parfaitement les enjeux de la présence française à l’étranger et le quotidien de nos communautés. Tous deux pourront s’appuyer sur l’expérience d’élu de Marc Villard, président de l’Assemblée des Français de l’étranger, conseiller consulaire au Vietnam et troisième sur la liste.

Aujourd’hui un chapitre se referme : la République politicienne, celle des calculs, des coups bas, des petites phrases et des guérillas parlementaires stériles a vécu. Rompre avec « l’ancien monde », c’est également rompre avec ses postures. Une page d’histoire s’ouvre qui va voir la politique retrouver ses lettres de noblesse en tissant un lien tangible, vivant et bienveillant entre les citoyens et les élus. La loi pour la confiance dans la vie politique votée début août en est la première étape concrète. L’étape suivante sera de rendre le travail parlementaire plus riche et plus efficace entre les deux chambres.

Par ailleurs, autre dysfonctionnement archaïque que l’on a enfin résolu: la distribution d’argent via la réserve parlementaire. La suppression de cette spécificité française était un engagement pris par Emmanuel Macron, soutenu par tous les députés marcheurs et la majeure partie des Français. Cette pratique ne correspondait ni au rôle que la Constitution confère aux parlementaires, ni à l’exigence de probité que les citoyens en attendent. Pour autant, La République En Marche ! a du cœur : nous savons notamment pour les Français de l’étranger, que ces fonds permettaient de venir en aide à la réalisation de projets utiles. Il nous reviendra lors de la Loi de Finances 2018 de porter tous ensemble une position commune pour repenser les moyens d’appuyer les initiatives nécessaires à nos communautés. J’ai d’ailleurs des idées très précises que je soumettrai à l’automne à l’ensemble des parlementaires représentant les Français établis hors de France.

Pour les années à venir et le redressement de notre pays, une attitude constructive, au service d’une vision commune d’un travail parlementaire renouvelé, sera le projet des candidats aux sénatoriales et des députés de La République En Marche ! Et nous préfèrerons toujours le consensus à la confrontation. L’esprit d’équipe, une ambition collective seront nos moteurs indéfectibles. Soudés tel un pack de rugby, nous reviendrons aux fondamentaux : travailler pour l’intérêt général au service de tous les Français. Pour y parvenir, nous savons que nous devrons changer l‘esprit du travail parlementaire. Les candidats La République En Marche ! y sont prêts. Députés, sénateurs, conseillers consulaires : notre mission n’est pas de défendre nos prés carrés, mais de former une équipe de France cohérente dont la victoire permettra à notre pays de se redresser, et à chaque Français de vivre mieux sans tarder. Bref, de remettre notre pays En Marche !

Je sais que la République En Marche ! possède l’énergie et la détermination pour qu’ensemble, Assemblée nationale et Sénat, unis dans une même cohérence, dialoguent et travaillent plus étroitement. Philippe, Sophie, Marc et leurs colistiers en seront des artisans d’exception. Je sais pouvoir compter sur eux. Ils savent pouvoir compter sur moi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *