Comme vous le savez, au cœur de notre circonscription, Hong-Kong connaît des jours particulièrement agités. Dans cette “région administrative spéciale” semi-autonome chinoise, de nombreux manifestants réclament depuis juin l’abandon d’un projet de loi controversé et plus de démocratie. Espérons que les récentes annonces de Carrie Lam puissent amorcer une désescalade.

Certains d’entre vous m’ont sollicité et je suis consciente que la situation génère de nombreuses inquiétudes au sein de notre communauté. Sachez que je suis en contact régulier avec le Consul général, seul représentant de l’État français auprès des autorités locales. En outre, mon équipe et moi-même sommes en relation constante avec des membres de la communauté française pour connaître l’évolution de la situation et ses conséquences pour nos compatriotes.

Dans ce contexte, sur le plan diplomatique, la France ne peut se payer de mots mais doit naviguer entre plusieurs écueils : maintenir le dialogue dans le cadre d’une relation bilatérale élevée depuis 15 ans au rang de “partenariat stratégique global”, sans renoncer à l’exigence d’un meilleur respect des valeurs démocratiques ; rappeler que les conventions internationales doivent elles aussi être respectées, sans s’ingérer dans les affaires intérieures chinoises. Car Hong Kong n’est pas un sujet de droit international dans le domaine des affaires étrangères (à la différence de l’économie, du commerce et de la finance) qui sont, aux termes de la Loi fondamentale, de la seule compétence du gouvernement central de Pékin.

La France exprime régulièrement et publiquement ses préoccupations sur la situation des droits de l’homme en Chine – peine de mort, libertés d’expression, religieuse et de conscience, situation au Tibet et au Xinjiang, etc. Dans la situation hongkongaise, je crois donc à une position de compromis : le service durable de nos valeurs passe par la poursuite d’un dialogue, certes exigeant, mais aussi subtile et patient, qui vise à engager dans la durée sur la voie de l’amélioration de la situation des droits de l’homme plutôt qu’à vouer un peu rapidement aux gémonies. Ce compromis d’efficacité dans la durée est tout sauf une compromission.

C’est la position prise par l’État français. Après avoir rappelé que la France était “profondément attachée” au respect de l’État de droit, des droits de l’homme, des libertés fondamentales et de l’autonomie du système judiciaire que garantissent la Loi fondamentale de Hong Kong et le principe “un pays, deux systèmes”, le Gouvernement français a en effet appelé “toutes les parties, en particulier les autorités hongkongaises, à renouer le fil du dialogue afin de trouver une issue pacifique à cette crise et de mettre fin à l’escalade de la violence”. 

Je fais doublement confiance au Gouvernement de la France à la fois pour protéger la communauté de tous nos compatriotes français établis à Hong Kong et pour travailler, avec discrétion mais pugnacité et souci d’efficacité, à défendre les valeurs démocratiques qui sont les nôtres et celles de l’Union européenne. Y compris en faisant tacitement comprendre à Pékin le coût du risque qu’il prendrait en violant les dispositions de la Déclaration commune sino-britannique de 1984 sur la question de Hong Kong : dégradation de sa réputation et de son prestige international, remise en cause du statut douanier spécifique de Hong Kong, dépression de l’économie hongkongaise, aggravation du conflit commercial sino-américain, exacerbation de la question taïwanaise etc.

Pour conclure, je souhaite apporter tout mon soutien à la communauté française et espère que la situation s’améliore de façon pérenne dans les meilleurs délais.

Déclaration du ministre des Affaires étrangères, Monsieur Jean-Yves Le Drian – 14 août 2019

Déclaration de la Haute Représentante auprès de l’Union Européenne – 17 août 2019

Déclaration de La République En Marche ! – 23 août 2019

Partager cette publication :

Commentaire

1
Leave a Reply

avatar
1 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
1 Comment authors
Remi Hasenohr Recent comment authors
  Subscribe  
newest oldest most voted
Notify of
Remi Hasenohr
Guest
Remi Hasenohr

Votre commentaire se termine par « exacerbation de la question taïwanaise également régie par le principe “un pays, deux systèmes” » : s’agit-il d’un raccourci malencontreux ou de la position officielle de l’Etat français concernant le statut de Taiwan ?

en_USEnglish
fr_FRFrench en_USEnglish
Skip to toolbar